"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011

par CUNIN JOEL  -  4 Octobre 2011, 17:43  -  #EXPOSITIONS

Présentation de l'exposition "L'Art raconte le corps", organisée par l'association VIOPARVI et CULTURE ET FRATERNITÉ, dans l'église Saint Jean l'Évangéliste à Tourcoing.

Cette saison culturelle voudrait être un carrefour où puisse se raconter la quête du corps qui anime notre monde. Organisée sur toute la métroplole lilloise, cette saison s’ouvrira en septembre 2011 par l’exposition de JOËL CUNIN et se clôturera en novembre 2012.

Notre époque redécouvre avec enchantement un corps avec qui nous voulons nous réconcilier et vivre en harmonie. L’homme n’a plus un corps, il est un corps, il l’habite, le ressent, l’éprouve : il est ce qui nous est le plus intime. Il est en devenir, on le transforme, on le sculpte.

Nous redécouvrons que corps et âme ne forment qu’une seule chair : le corps est la chair de notre âme et elle l’anime. Il nous ouvre au mystère de l’altérité, et du désir : il porte la trace d’une ouverture à l’autre qui nous tient ouvert à l’Autre. Le corps est beauté, grâce, séduction.

Le corps est le lieu de nos vulnérabilités. C’est en nous laissant toucher par la fragilité du corps de l’autre que se fraie en nous un chemin d’humanité.

Le corps, c’est aussi ce qui fait corps : on parle de corps social, de corps ecclésial, de corporation… Faire corps dit l’indissociable destin des hommes, que ce soit de manière fraternelle ou fratricide.

Mais à vouloir un corps sujet, nous en avons fait un objet asservi à nos fantasmes de beauté, de puissance et d’éternelle jeunesse, à nos logiques économiques, parfois au nom de la liberté et de la dignité :

corps machine, robotisé par les rythmes industriels, corps martyrs des pays africains, ravagés par la faim et un ordre économique injuste, corps marchandise, qui se vend au plus offrant, le cas échéant organe par organe, corps marketing des mannequins soumis aux canons d’une beauté anorexique, corps organe des mères porteuses…

Et que dire des corps soumis aux idéologies, corps gazés, corps charniers, corps chair à canon, ou ces corps-bombes .Notre rapport au corps dit aussi l’étendue de notre inhumanité.


Qu’apportent les traditions spirituelles, philosophiques, les sciences humaines et les arts (théâtre, danse, art vocal…) à cette vision du corps ? Comment réentendre aujourd’hui le « ceci est mon corps » de la tradition chrétienne qui place le corps au cœur de sa foi ? Cette saison culturelle voudrait favoriser un dialogue.

LE MOT DE L'ARTISTE

Depuis un an et demi, je m'interroge sur la manière de retranscrire la notion du temps et de l'universalité dans la peinture. Le projet d'exposition « Ceci est mon corps » est arrivé comme un début de réponse.

Pour le réaliser, il m'a tout d'abord semblé essentiel de ne pas seulement travailler d'après ma propre perception du sujet, mais d'ouvrir dans mon atelier, un espace de rencontre et de dialogue auprès de personnes désireuses de prendre un temps de réflexions sur le thème proposé. Les inviter à se pauser et non à poser! Les peintures de ce livre sont pour la plupart issues de leur témoignages, qui, à ma demande, ont été mis par écrit par leurs soins en accompagnement des oeuvres.

Le temps ;

  • Un temps filiation qui traverse les siècles pour ouvrir un dialogue entre des toiles de maîtres et des personnes actuelles.

  • Un temps à soi même, dans l'espace retiré de l'atelier en lien avec le monde temporel et le spirituel.

  • Un temps au visiteur, au spectateur, par l'espace de la toile, s'ouvrir au silence, à la méditation.

L'universalité ;

tel la peinture comprise en tant que corps, corps de métier dont les membres seraient ; lumière, couleur, dessin, volume, perspective, composition, harmonie, écriture, allégorie, symbolisme, humanisme, etc...

Ces différents membres qui cherchent l'unité, tout comme ces diverses personnes, universalité de pensées et corps de société. Qui le temps de quelques heures, vont accepter de venir se poser dans un atelier et témoigner d'un même sujet « le corps », propre à tout être et perçu sous des angles infinis.

Un très grand merci à eux. Par ces beaux échanges ouvrant à des créations qui jamais n'auraient vu le jour, j'ai également trouvé ces réponses en adéquation avec ce que pouvait être la grandeur et l'intemporalité de l'Art.

"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
"L'ART RACONTE LE CORPS" 2011
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :